Pourquoi l’auto entreprise de nettoyage va-t-elle devenir un standard

Pourquoi l’auto entreprise va-t-elle devenir un standard dans les 10 prochaines années

Génération de la révolution technologique et informatique, les auto entrepreneurs mettent à profit les transformations de la société pour lancer leurs activités.

L’outsourcing, ou l’externalisation, sera une des causes principales de l’essor du nombre d’auto entrepreneurs. Très sérieux concurrents des entreprises classiques, et des agences intérimaires, ils vont devenirs les partenaires par excellence des grandes sociétés !

En effet, les grandes sociétés ont désormais l’obligation de se concentrer sur leur cœur de métier. Elles externalisent donc leurs activités non stratégiques et recourent de plus en plus fréquemment à des intervenants extérieurs qui prennent en charge la totalité d’une fonction ou d’un service. Cette externalisation permet de recourir à un auto entrepreneur qui dispose idéalement de la compétence adéquate, à un moment donné et dans une situation donnée, sans avoir besoins de le former, et sans les lourdeurs du Code du travail !

C’est un gain de temps, d’argent et d’efficacité. Alors elles vont de plus en plus conclurent des contrats de prestation de service avec les auto entrepreneurs.

DES NOUVELLES LOIS, QUI VONT FAVORISER L’EXPLOSION DES AUTO ENTREPRENEURS !

1/ Baisse des taux de cotisation

Les taux de cotisation des auto-entrepreneurs pour le micro-social sont en baisse en 2018, de 0.3 point pour la vente et de 0.7 point pour le service.

2/ Les seuils des chiffres d’affaires doublés

Les plafonds des chiffres d’affaires sont doublés pour 2018 et portés respectivement à 170 000 euros pour la vente de marchandises et à 70 000 euros pour les prestations de services.

Si le chiffre d’affaires dépasse le seuil de tolérance (applicable sur une année), le régime fiscal de l’entreprise individuelle s’applique. Ce seuil de tolérance est de 91 000 € pour les activités commerciales, ventes à consommer sur place et prestations d’hébergement et de 35 200 € pour les prestations de services.

3/ TVA : une gestion par seuil

La franchise en base de TVA s’applique jusqu’aux plafonds majorés de 35.200 euros et 91.000 euros. Au-delà, l’auto entrepreneur devra collecter la TVA et la reverser à l’Etat, mais aussi la récupérer sur ses achats, en lien avec son activité.

4/ Versement fiscal libératoire en option pour 2018

Le plafond de revenu fiscal de référence pour opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu évolue. Ainsi, pour prétendre au versement libératoire, le revenu fiscal de référence 2016 ne doit pas dépasser 26 818 € par part fiscale.

5/ Abandon des logiciels de facturations obligatoires

Les auto-entrepreneurs n’ont pas l’obligation d’acquérir un logiciel de facturation ou d’encaissement s’ils relèvent de la franchise en base de TVA. Sauf s’ils sont au régime réel et présentent des factures à des particuliers.

6/ Suppression du RSI

Le 1er janvier 2018, le RSI disparaîtra et sera adossé au régime général. Pendant la phase de transition de 2 ans, le RSI prendra un nouveau nom : la « Caisse nationale déléguée pour la Sécurité sociale des indépendants​ ».

7/ Validation des trimestres de retraite en 2018

Pour valider les trimestres de retraite, il faudra avoir réalisé des montants minimaux de chiffre d’affaires au cours de l’année d’activité. Le chiffre d’affaires minimum dépend de l’activité exercée. Les montants pour valider les trimestres de l’assurance vieillesse 2018 seront précisés en décret dans le courant de l’année.

8/ Congé maternité unique

Un temps annoncé, le congé maternité unique est reporté à 2019. Ainsi, en 2018 est versée une indemnité de repos maternel de 3269 €. Une indemnité journalière forfaitaire d’interruption d’activité vient s’ajouter à cette première, selon les cas. Cette indemnité est versée aux femmes cessant toute activité professionnelle pendant au moins 44 jours, dont 14 avant la date présumée d’accouchement.

9/ Assurance chômage : vers une extension de la couverture

Une grande loi sur la libération des énergies professionnelles est en prévue, à l’initiative du gouvernement au printemps prochain. Un des principaux objectifs concernera l’assurance chômage et son extension pour les travailleurs indépendants.

10/ Le choix de la protection sociale

Tous les auto-entrepreneurs qui se sont installés depuis le 1er janvier 2008, relevant d’une profession libérale non réglementée, peuvent quitter la CIPAV à partir du 1er janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2022 et opter pour les règles générales de protection sociale des travailleurs indépendants. Une possibilité qui sera sans impact sur leurs taux de cotisations

IL RESTE DES FREINS, MAIS AVEC UN PEU DE STRATÉGIE ILS PEUVENT ÊTRE FACILEMENT LEVÉS.

L’auto entrepreneur, doit apprendre le métier de chef d’entreprise, ou à défaut il doit absolument faire appel à des intervenants, spécialisés !

Il y a une phrase, que j’affectionne tout particulièrement : Être le meilleur plombier de votre ville, va certainement vous aider à développer votre business ! Mais si personne ne sait que vous êtes le meilleur plombier ! Cela ne sert à rien !

Il y a donc une véritable obligation de maîtriser certains réflexes et savoirs. Comme l’étude de marché et sa segmentation. La stratégie commerciale et son application dans le temps. L’argumentaire commercial doit être spécifique à chaque type de cible, et ne doit jamais être générique !

Et la liste est bien longue pour tout énumérer. Avec le temps, cinq à dix ans, d’erreurs et de galères, vous aurez acquis cette expérience… Ou alors, vous chercher cette compétence ailleurs. Un chef d’entreprise, ne fait pas le travail de sa secrétaire ! il en serait incapable !  Son travail est de développer son entreprise et de chercher une très bonne secrétaire pour l’épauler ! Faites la même chose…

Ce blog est justement là, pour vous venir en aide dans le développement de votre business.

Laisser un commentaire